Refonder la Droite

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Nous publions ce texte trouvé ce matin sur le coin de notre bureau. Visiblement, son auteur a quelques idées en stock pour que la droite relève la tête. Il semblerait qu’il y ait une touche de sarcasme, nous laissons à nos lecteurs le soin d’en juger. 

Trop de nos contemporains s’essoufflent à refonder la Droite, mais en pure perte. Il est vrai que les dessous du 8% leur sont obscurs. Abîmés dans la contemplation du portrait de leur messie, ils remontent le temps en quête de réponses. Était-ce la teinte de la chemise de « FX », trop claire ? Ou son noeud de cravate, un peu défait il est vrai ? Voire pire, sa couleur ? Le conseiller en communication était pourtant emballé : « Ce bleu roi lui assurera le soutien de l’électorat conservateur ! L’alliance libérale-conservatrice se fera dans la soie ou ne se fera pas ! ». Pour que leur énergie ne se perde plus en conjectures et en vaines discussions, nous leur avons préparé un guide exhaustif décliné en 7 points. S’ils ne refondent pas la Droite dans la foulée, c’est que le problème, c’est eux. 

 

Porter une cravate et un costume

Si nous étionsnous trouvions autrefois tentés d’employer l’adage « il a le physique de ses idées » lorsque confrontés aux délires de l’extrême gauche, il en va bien autrement aujourd’hui. Pour nous autres urbains, discriminés de la sélection naturelle, cantonnés au rebut de la loterie génétique par le couplet « métro, boulot, dodo », il devient de plus en plus difficile d’assumer nos idées dans le réel. La solution ? Le costume cravate ! Vous pourrez vous procurer un ensemble décent pour quelques centaines d’euros, veillez à choisir des teintes sobres (on évitera le noir) et des motifs classiques. C’est un investissement conséquent mais dîtes- vous qu’il vous épargnera de nombreuses heures d’exercice physique, votre corps s’en trouvera sculpté à moindre effort !

 

Cirer ses pompes

Maintenant que nous avons traité des fripes, il faut que nous évoquions les chaussures. Certes votre costume a restauré votre confiance en vous et un semblant de dignité physique. N’oubliez pas qu’il ne fait pas t de vous un homme pour autant. Vous avez fait l’impasse sur le travail physique nécessaire à la défense de vos idées et, à moins de vous en prendre à des lycéens, il va falloir vous préparer à regarder vos chaussures. Si vous n’en avez pas encore, orientez vous vers des Richelieu, un classique intemporel. Veillez également à les choisir une teinte plus sombre que votre pantalon de costume par souci de bon goût. Vue la violence de l’extrême-gauche, il est possible qu’ils vous harcèlent longtemps, travaillez donc vos muscles lombaires pour vous entraîner à garder longtemps la tête baissée sans vous blesser.

 

S’aligner sur le paternel

Si vous allez à la rencontre d’une organisation militante sérieuse, on vous y expliquera qu’il faut lire, s’instruire puis penser. Mais on se retrouve vite dépassé face au nombre impressionnant d’ouvrages disponibles et puis, reconnaissons-le, les livres ça fait un peu « vioc ». On est là pour réinventer la Droite que diable ! Pas pour reproduire encore et encore les mêmes erreurs ! Plutôt que perdre votre temps à lire donc, écoutez votre paternel (ou même le sien s’il est à portée de UBER). Son épargne est menacée par les chars de l’Armée Rouge ? Okay ! Il faut que libéraux et conservateurs s’allient pour sauver la Droite ? C’est noté ! La France est un pays communiste, d’ailleurs même l’impôt est un principe communiste ? Bien ! Gardez à l’esprit que son esprit a été poli par les âges et les épreuves. Son intuition politique ne s’en trouve que plus affutée, et la dédaigner serait cracher dans la soupe.

   

 Remplir sa bio twitter

Certains désespèrent de ne pas attirer l’attention de la classe politique et on les comprend. Vous avez un potentiel monstre, tarder à l’exploiter représente une faute morale pour n’importe quel décisionnaire politique. Mais comment attirer leur attention si vous n’êtes pas sur le terrain ? Hé bien rassurez-vous, à votre âge ils n’y étaient pas non plus ! Alors bien sûr il y a des exceptions, les plus géniaux d’entre eux ont démontré leur aisance et instinct dans la politique étudiante mais entre-nous, avez-vous besoin d’être un génie pour accéder à un posteconfortable ? Il suffit d’en avoir l’air . Remplissez votre biographie d’adjectifs et de concepts autant que faire se peut : « gaulliste, enraciné, amoureux de mon pays, fier de mes valeurs, etc. »

 

Fonder des thinks tank

On vous l’accorde : les adjectifs c’est sympa mais ça devient un peu redondant. Comment vous distinguer ou montrer que vous avez plus de potentiel que vos concurrents ? s’ils ont aussi inscrit dans leur bio « amoureux de mon pays » ? Vous êtes prédestiné à incarner quelque chose de grand, et ça il faut le crier pour ne pas qu’on l’oublie. Figurez-vous qu’en matière de bio twitter, il existe mieux que les adjectifs. Les postes. De deux choses l’une : soit vous vous donnez du mal en gravissant les échelons d’un mouvement pour indiquer « co-responsable adjoint de telle section de tel mouvement », mais vous ne serez pas président en un jour, ni même fondateur. Soit vous créez votre mouvement, vous serez ainsi à la fois fondateur ET président de quelque chose. Créez vos comptes sur les réseaux sociaux, payez vous un site internet si vous en avez les moyens et trouvez quelques jeunes naïfs pour faire vivoter votre faire valoir et hop ! Le tour est joué. Petite astuce, mettez les adjectifs de votre bio twitter dans le nom de votre mouvement : « association vraiment très très enracinée et jeune », « les idées cool du futur ».

 

Faire des quizz

Supposons que vous soyez face à un problème, et que sa solution vous range dans l’infamante famille de « l’extrême-droite ». Comment vous en sortir ? En posant des questions. Elles ont ceci d’utile qu’elles vous évitent d’avoir à donner des réponses. Les réponses existent déjà ? Souvenez-vous que vous ne lisez pas, difficile donc d’en prendre connaissance. Vous poserez ces questions la conscience tranquille.

 

Utiliser les mots magiques

Toute la subtilité de votre posture politique réside dans la tension entre vos propos et le réel. N’importe qui pourrait y voir une contradiction, pas vous. Vous y voyez des « défis », des « axes d’effort », « un potentiel énorme », « une

attente des électeurs », etc. N’ayez honte de rien, vos ainés ont forcément fait pire : joué la droite dure en fluidifiant les entrées de clandestins sur le territoire, défendu la laïcité en draguant les islamistes sur leur circonscription, chanté le conservatisme en se ralliant peu à peu au camp des “droits individuels”, présidé un mouvement de jeunesse en entrant dans la cinquantaine,  loué le Marché et la Terre d’un même élan, déploré la pénurie de masques en ayant mis fin à leur stockage stratégique

 

Travailler vos temps

Pour conclure nous ne parlerons pas de solfège mais de grammaire. Pour mieux accommoder vos innombrables ambivalences vous aurez besoin de maîtriser vos conjugaisons sur le bout des doigts. Vous devrez malheureusement faire l’ impasse sur le plus simple des temps, le présent de l’indicatif, pour travailler le passé et le futur. On « aurait du », « on fera ». Votre pensée politique ne doit JAMAIS se conjuguer au présent, elle s’y consumerait. Prenez donc soin de la conjuguer au passé et au futur. Vous ferez attention à la décliner à la troisième personne du singulier ou du pluriel pour laisser croire que le vent de l’Histoire souffle dans vos voiles, le diable se cache dans les détails.

 

L’article vous a plu ?

Notre association est le dernier rempart idéologique aux théories de l’extrême gauche dans les universités: islamisme, indigénisme, haine de la France et de l’homme blanc, etc. Nous menons ce combat seuls: La Cocarde Etudiante est une association indépendante de tout parti politique, elle ne touche, contrairement à ceux qu’elle dénonce, aucune subvention de l’Etat. En nous faisant un don vous nous permettez d’acheter le matériel nécessaire à notre militantisme: tracts, affiches, autocollants, banderoles et même ce site internet. Sans le soutien financier d’un petit nombre de donateurs nous n’existerions plus aujourd’hui. 

Commentez

Rejoignez-nous

Abonnez-vous à notre compte Instagram pour suivre la vie de notre mouvement au quotidien.