Pacte de Marrakech : NON au consentement au changement de peuple !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
un bateau chargé de migrants africains
Adopté en juillet dernier à New York, le Pacte mondial sur les Migrations piloté par l’ONU doit être signé lundi 10 décembre à Marrakech par les États membres souhaitant renforcer la coopération internationale en vue d’une migration dite « sûre, régulière et ordonnée ».Pas d’inquiétude ! nous dit la presse autorisée ; l’accord n’a rien de contraignant, et la souveraineté des États est pleinement réaffirmée. Les membres de l’ONU sont en effet libres de le signer ou non, les refus de l’Italie, des États-Unis, de la Pologne, de l’Australie etc., en témoignent. Les signataires s’engagent en revanche « à atteindre les objectifs du Pacte mondial et à honorer les engagements qui y sont pris » (alinéa 41). Et ceux-ci ne laissent aucun doute sur la nature du Pacte : faire passer la migration de dernier recours tragique à une activité tout à fait ordinaire et facilitée.Plus inquiétant encore, au niveau des « mentalités », les États signataires s’engagent, sous couvert d’une information « indépendante » et « objective », à faire évoluer la manière dont les migrations sont perçues (campagnes de sensibilisation, arrêt de toute aide aux médias qui propageraient l’intolérance). Il faut faire accepter aux peuples réticents l’arrivée de migrants dans leur pays, dont les apports « positifs », notamment économiques, dépassent largement les inconvénients.Au moment même où les « gilets jaunes » placent la question migratoire parmi leurs principales préoccupations, nous, membres de La Cocarde Étudiante, dénonçons absolument la signature par la France de ce Pacte, dont les engagements ne feront qu’accélérer la substitution du peuple français par des populations étrangères.
Communiqué publié par

Commentez

Rejoignez-nous

Abonnez-vous à notre compte Instagram pour suivre la vie de notre mouvement au quotidien.