Comme en Hongrie, arrêtons le financement public des « études sur le genre » !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
En Hongrie, l’exécutif a annoncé sa décision de retirer les « gender studies » de la liste des diplômes jouissant d’une accréditation officielle, une décision qui autorise ainsi à mettre un terme à tout financement public pour ces enseignements.L’enseignement supérieur et la recherche français devrait s’inspirer de cette initiative hongroise plutôt que de se laisser gangrener par les idéologies des campus américains. Qu’on arrête de nous faire croire que « la vieille humanité se serait mise le doigt dans l’oeil en croyant pouvoir se définir par rapport à son sexe alors qu’elle aurait dû se définir par rapport à son genre » (Dany-Robert Dufour).   Car le problème de fond n’est pas le « genre » en soi : les questionnements sur la façon d’être « homme » et la façon d’être « femme » peuvent se poser légitimement.En revanche, le « genre » devient une idéologie et une « théorie » entre les mains d’universitaires militants du genre « sociologues engagés » qui veulent écraser le sexe par le genre, et prétendent que ce que l’on « ressent » ou ce que l’on s’invente prime sur la nature.La folie narcissique triomphe : je SUIS ce que je VEUX être.
Communiqué publié par

Commentez

Rejoignez-nous

Abonnez-vous à notre compte Instagram pour suivre la vie de notre mouvement au quotidien.