Traité d’Aix-la-Chapelle : Pourquoi est-il dangereux ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le Traité d’Aix-la-Chapelle, qui doit être signé le 22 janvier par Emmanuel Macron et Angela Merkel, ne va certes pas dilapider notre siège de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU au profit de l’Allemagne. Pour autant, certains articles du Traité n’en demeurent pas moins inquiétants, voire complètement délirants.

Le document officiel prétend vouloir « compléter » le Traité de l’Élysée de qui avait acté la réconciliation » franco-allemande.   Notons au passage que ce qui est présenté comme un « succès historique » fut en réalité un échec car le Bundestag fit voter un préambule rappelant le rôle privilégié des Etats-Unis dans la protection de l’Europe au lieu de s’en émanciper… Au-delà des enjeux économiques et sociétaux qui demeurent dans la droite ligne de ce que nous connaissons depuis plusieurs années (convergence économique et sociale, poursuite de l’intégration économique, etc), ce sont les aspects diplomatiques qui doivent nous faire réagir.

Comment ne pas sursauter à la lecture de l’Article 5 du Traité, qui prévoit des « échanges de personnels de haut rang » à l’ONU, ou de l’Article 8 qui invite les diplomaties française et allemande à défendre le plus possible les intérêts de l’Union Européenne à l’ONU. Est définie par ailleurs comme « priorité de la diplomatie franco-allemande » l’admission de l’Allemagne en tant que membre permanent du Conseil de sécurité. Qu’il s’agisse d’une priorité allemande, très bien, mais la diplomatie française n’a pas à se mettre au service des intérêts allemands.

Le Traité d’Aix-la-Chapelle est dérangeant en ce qu’il place la France et l’Allemagne sur un plan d’égalité et de réciprocité dans le domaine diplomatique et militaire. Il fait fi de la position originale de la France sur la scène internationale, fruit de son passé et héritage notamment de son empire colonial. Se lier ainsi aux positions et intérêts allemands va à l’encontre de la recherche d’indépendance nationale de notre pays, ligne de force de notre politique étrangère sous la Ve République. Force est de constater que nos Présidents de la République, par otanisme, par européisme, ou par leur volonté de ne pas déplaire à l’Allemagne, omettent toujours davantage d’accorder la priorité à nos intérêts vitaux nationaux.

L’affirmation de l’Europe-puissance ne passe pas par le ligotage de nos libertés d’action respectives, mais par des coopérations volontaires autour de grands objectifs communs à tous !

L’article vous a plu ?

Notre association est le dernier rempart idéologique aux théories de l’extrême gauche dans les universités: islamisme, indigénisme, haine de la France et de l’homme blanc, etc. Nous menons ce combat seuls: La Cocarde Etudiante est une association indépendante de tout parti politique, elle ne touche, contrairement à ceux qu’elle dénonce, aucune subvention de l’Etat. En nous faisant un don vous nous permettez d’acheter le matériel nécessaire à notre militantisme: tracts, affiches, autocollants, banderoles et même ce site internet. Sans le soutien financier d’un petit nombre de donateurs nous n’existerions plus aujourd’hui. 

Commentez

Rejoignez-nous

Abonnez-vous à notre compte Instagram pour suivre la vie de notre mouvement au quotidien.